Jacques atteind d'apnée du sommeil a inventé le Posiball

La naissance du Posiball

Mon épouse et moi-même rentrons à Aix en Provence en fin d’après-midi en provenance de Monaco pour récupérer un Visa pour la Thaïlande où je dois me rendre pour prendre livraison d’un bateau que je viens d’acheter là-bas.

Au cours du retour, à l’approche d’Aix-en-Provence j’ai sommeil. Mon épouse dort à coté de moi. Je décide donc de m’arrêter à la prochaine aire de repos, qui n’est qu’à 3 Kms, pour me dégourdir un peu. D’un coup dans un grand fracas, je réalise que je viens de heurter le rail de sécurité et j’ai un peu de mal à remettre la voiture dans l’axe. Mon épouse a été projetée vers le montant de la portière et s’est légèrement blessée. L’aire de repos n’est plus qu’à 800 m et je m’y arrête pour reprendre mes esprits. Dans ce laps de temps très court je réalise que je me suis endormi et n’ai pu rien faire pour lutter.

De retour à Aix dès le lendemain je vais voir mon généraliste qui, à l’appui d’autres symptômes, confirme qu’il s’agit d’apnée du sommeil et me fait passer un test de polysomnographie dans les jours qui suivent. Résultat 30 Apnées/h avec la plus longue à 2 minutes !

Les solutions

Après m’avoir exposé les risques considérables de l’apnée du sommeil, on m’impose tout de suite la machine infernale c’est à dire un respirateur PPC qui, certes, m’aide à remonter la pente mais que je rejette au bout de 3 semaines ne pouvant me résoudre à m’imaginer avec ce groin jusqu’à la fin de ma vie et en me disant que je vais trouver d’autres solutions. Je me tourne donc vers l’orthèse mandibulaire qui marche bien mais qui génère quelques douleurs si je la mets tous les jours. Pour des prix exorbitants j’achète des sacs à dos avec un ballon à l’intérieur mais harnachement des bretelles est difficile à supporter. Je me tourne alors vers une solution de « grand-mère » qui consiste à coudre une balle de tennis dans le dos d’un t-shirt pour traiter les ronflements et apnées du sommeil en interdisant la position sur le dos.

À ce moment-là, je suis sur le départ pour la Thaïlande et je pars donc avec mon t-shirt un peu spécial. Sur le bateau que nous remontons de la Malaisie vers Phuket il fait très chaud et je ne peux pas supporter le t-shirt. Je découvre cependant qu’en étalant le t-shirt sur le lit avec la balle d’un côté, le poids de mon corps maintient la balle en place et que je ne fais plus d’apnée. 

Le Posiball était né.

 

De retour en France, je perfectionne le système et lance sa fabrication artisanale et sa distribution exclusivement sur Internet dans un souci de pouvoir mettre ce dispositif à la portée du plus grand nombre à moindre frais.

Plus d’infos, une question ?

N’hésitez pas à nous envoyer un email via le formulaire ci-dessous